1.2.3. Bougez avec l'étude ICAPS !

Publié le par 123 Santé

Le projet ICAPS pour favoriser l’activité physiqueicaos

 

L’étude-action Icaps a été initiée en 2002 dans le Bas-Rhin par le professeur Chantal Simon et son groupe de recherche de l’université Louis Pasteur de Strasbourg sur près de 1000 élèves de 6ème.

 

La mise en place d’actions ciblant l’activité physique (AP) apparaît particulièrement justifiée dans le Bas-Rhin, caractérisé par des chiffres d’obésité et de mortalité cardiovasculaire plus élevés que dans d’autres régions Françaises (23% d’excès de poids chez les collégiens de 6ème en 2001).

 

L’étude ICAPS visait à évaluer l’impact d’une action « multi-niveaux » ciblant l’activité physique et la sédentarité sur l’évolution pondérale et le risque vasculaire d’adolescents de 6ème. Le choix d’élèves de 6ème est justifié par le fait qu’à cet âge s’amorce une diminution de l’activité physique.

L’intervention est conçue pour :

. changer les attitudes et motivations vis-à-vis de l’activité physique par les débats et l’accès à de nouvelles activités attrayantes,
. favoriser un support social par les parents, les enseignants et les éducateurs sportifs,
. fournir des conditions environnementales qui favorisent l’AP à l’école et en dehors de celle-ci, pendant les loisirs et dans la vie quotidienne (permanences, inter-cours, péri-scolaire, trajet maison/école,…).

 

icaps2Les premiers résultats de l’étude Icaps sont particulièrement encourageants. Ils montrent que le programme Icaps induit une augmentation de l’activité physique de loisirs de près d’une heure par semaine et une diminution du temps passé quotidiennement devant la télévision. Il s’accompagne d’une moindre prise de poids au cours de l’adolescence et prévient le risque de surpoids. Ainsi, pour les enfants de poids normal, le risque de se trouver en surpoids à la fin de l’étude est diminué de plus de 50% dans les collèges « action ». L’intervention est également associée, indépendamment de ses effets sur le poids, à une diminution de certains facteurs de risque cardiovasculaires.

 

 

 

 Plus d'informations : Présentation de l"étude ICAPS

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article